Snobisme ou salut ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Snobisme ou salut ?

Message par gabé le Sam 1 Juin 2013 - 3:48

J’ai envie de balancer mon smartphone

Certains font des « breaks » numériques, d’autres retournent au téléphone qui ne fait que téléphoner : vous n’êtes pas seul à trouver votre smartphone aliénant.

J’aimais bien mon iPhone 4, je ne peux pas encadrer le 5. Je me comporte avec lui un peu comme avec un mec dont je voudrais me débarrasser sans y arriver. Je ne lui ai pas mis de coque protectrice, il est constellé de petits éclats blancs type flocons de neige. Mon fils de 10 mois l’empoigne, le jette, le mâchouille. Je le regarde faire, le regard vide (à part quand, tout d’un coup, j’ai peur des effets des ondes sur sa tête). Je n’ai installé aucune application.

La détestation est venue tout de suite, quand j’ai réalisé que cette version-là allait prendre encore plus de place dans ma vie.

Depuis que j’ai l’iPhone 5, mes yeux s’agitent comme des lasers et je me sens fatiguée. Le matin, je regarde mon téléphone juste après avoir éteint l’alarme, soit trois minutes après le réveil (ceux qui font ça avec la clope sont foutus).

C’est la dernière chose que je fais le soir avant de prendre un livre, quand il reste du temps pour prendre un livre. Je fais défiler les pages Facebook alors que je suis dans le bain – « Ah ! Bidulette s’est mariée, fou ça » – avant de remettre de l’eau chaude et de regarder la bio de Nicolas de Staël et quels sont les symptômes de ce qu’on appelle « le trouble de la personnalité borderline ».

Je donne aussi des biberons en regardant Twitter. Dans ces moments-là, mon fils essaie d’attraper l’iPhone. Quand il y arrive, il rit, triomphant, sentant sûrement qu’il est désormais le propriétaire d’une chose essentielle et vitale.

L’écrivain Jonathan Safran Foer a d’ailleurs décidé de se débarrasser de son smartphone le jour où il s’est rendu compte qu’il n’avait pas regardé l’enfant, le sien, auquel il venait de donner un bain. Il consultait ses mails. J’ai lu ça dans le New York Times, dans un article sur l’abandon du smartphone publié en 2011. Ces derniers temps, je me renseigne pour savoir si je suis la seule à ressentir du dégoût pour ce rectangle noir qui m’aimante.
Celui qui prend son smartphone paie l’addition

Le New York Times s’est penché plusieurs fois sur le phénomène de ceux qu’ils appellent les « smartphone holdouts » : ceux qui se tiennent à l’écart d’un téléphone dernière génération. Dans l’article de 2011 cité plus haut, le journal raconte que Nicholas Carr, auteur d’un livre sur les effets d’Internet sur le cerveau, possède un « dumbphone », téléphone basique. Carr trouve que le côté « open bar » (connexion sans fin) des smartphones est « pernicieux ».

Le 12 mai, un blogueur du journal s’est à nouveau intéressé au sujet, plus précisément aux élites de la Silicon Valley débarrassées de leur smartphone. Nick Hilton, le blogueur-auteur de l’article, raconte l’histoire du community manager de Twitter retourné au téléphone tout con. Il décrit lui-même un sentiment de défiance rampant :

« Il y a deux ans, quand l’iPhone et l’iPad ont commencé à être à la mode, je dînais avec des blogueurs et journalistes high-tech et on se passait nos téléphones autour de la table, pour se montrer la dernière vidéo drôle sur YouTube. Maintenant […], on met nos smartphones au milieu de la table et le premier qui y touche avant la fin du repas paie l’addition. »

L’article se penche ensuite sur les petits « breaks » numériques, évoqués dans un précédent papier sur Rue89 (les « petits shabbats numériques »).

Et enfin sur les règles d’autodiscipline qui commencent à surgir de partout : « pas de smartphone dans le lit », « pas de smartphone dans la chambre », « pas de smartphone pendant l’amour » (si si, c’est un sujet, même si je ne vois pas concrètement comment c’est possible de faire ça).
« C’est quand même du snobisme à la con »

En France, le ras-le-bol semble monter aussi. Autour de moi en tout cas : milieu urbain, gens connectés en permanence.

Charlotte, avocate, la trentaine, en a marre de passer son trajet de métro à regarder Facebook et Instagram « comme une pauvre idiote ». Mais elle ne peut pas se débarrasser de l’objet « pour des raisons professionnelles » : « Impossible. » Mais à côté d’elle, un publicitaire me regarde ahuri et me dit :

« C’est quand même du snobisme à la con ton histoire. »

Joëlle Menrath, qui travaille pour le cabinet de conseil Discours et Pratiques, confirme avoir repéré dans les études qu’elle mène « un fantasme de déconnexion radicale ». C’est la mode. Mais elle tempère :

« C’est un fantasme et cela ne va pas plus loin. Cela n’est pas tenable, cela relève d’une expérience en immersion dans un autre monde, comme ce qu’a fait Florence Aubenas à Ouistreham. »

Selon elle, peu de gens souffrent vraiment :

« Dans les faits, les usagers essaient de s’autodiscipliner et mettent en place des stratégies pour se protéger. Très naturellement, ils s’organisent des plages de déconnexion, en laissant leur portable dans le sac. Et d’ailleurs, l’écriture d’un SMS dans le métro peut être une expérience intime et introspective. Le smartphone n’oblige pas toujours à sortir hors de soi. »

Catherine Lejealle, sociologue, pense que la souffrance atteint plus les trentenaires. Pas les ados en tout cas, qui vivent naturellement avec plusieurs écrans sous les yeux et dont l’amitié se prolonge sur Facebook :

« Il n’ont pas à résoudre l’arbitrage “J’ai passé vingt minutes sur Facebook au lieu d’appeler mon ami d’enfance.” Leur ami d’enfance est connecté sur Facebook. »

Ça donne « un vrai statut en soirée »

Dans les faits, il n’est pas très difficile de trouver des résistants aux smartphones.

Sterenn, 29 ans, travaille dans la veille sur le Web, et elle ne voit absolument pas l’intérêt de se connecter en dehors de son lieu de travail. Pour trouver une adresse, elle « demande aux commerçants » et dans le métro, elle « écoute les conversations des gens » ou elle « réfléchit à sa journée ». Elle est sonnée par ces questions qu’elle trouve bizarre. Elle n’achète que des Nokia parce qu’elle est habituée « à la présentation du menu » et qu’on ne change pas une équipe qui gagne.

J’ai eu plus de mal à trouver des gens qui ont renoncé aux smartphones après y avoir goûté. Les deux personnes que j’ai interrogées n’ont tenu que quelques mois avec un téléphone pourri. Elles ont gravement replongé.

D’abord Antoine, qui bosse dans un cabinet de conseil à Paris. Il a fini par en avoir marre de ces objets de luxe (iPhone, Blackberry) qui se font voler et qui se cassent et de l’énervement qui suit, parce que toute la vie est contenue dedans. Il a fini par acheter un Nokia basique :

« Je pouvais partir en week-end sans chargeur, c’était dingue. J’étais heureux. Ça faisait aussi un très bon sujet de conversation avec tout le monde, j’avais un vrai statut en soirée.

Bon le gros problème, l’ultime problème, ce sont les textos. L’approche des textos a complètement changé ces dernières années. Avant, ils étaient payants. Maintenant ils sont gratuits et faciles à écrire. Le texto moyen que tu envoies est immense, la taille d’un mail, l’équivalent de neuf anciens messages. Pour y répondre avec un dictionnaire T9, c’est galère, c’est une perte de temps de maboule. Ça me rendait fou. »

Pour atteindre la lettre « C », rappelez-vous, il fallait maintenir le doigt appuyé sur la touche concernée ou la presser trois fois. Au choix.

Antoine a racheté un smartphone (Google Nexus) et il s’est remis à consulter ses e-mails dans le lit. Il essaye quand même de s’autodiscipliner, « c’est la seule solution ». Il consulte des blogs et les articles sur l’addiction et sur le sevrage (il en existe plein).

Il nous a envoyé un e-mail récemment :

« Là, en ce moment, je désactive la data [données envoyées par Internet, ndlr]. Il tient deux jours et demi en batterie et je n’active la data que quand c’est indispensable (exemple : hier soir, pour Google Maps, perdu au fond du XVIIIe). Solution excellente. »

Une journaliste de Rue89 a aussi décidé d’arrêter le smartphone après se l’être fait voler. Elle est passé au Orange Dallas parce que le nom la faisait marrer. Très vite, pareil, elle a déchanté sur la fonction texto : énorme perte de temps. Et puis un matin, sa compagne l’a retrouvée avec autour d’elle un ordinateur, la radio, un appareil photo et son téléphone. Ce jour-là, elle s’est dit que ça allait trop loin et qu’il valait mieux racheter un truc « tout en un ».

Retour à l’iPhone.
Le John’s Phone, « un balai mécanique »

Antoine l’a envisagé cinq minutes avant de renoncer. Pas de frustration SMS avec le John’s phone : il ne propose même pas cette fonction. Ce téléphone est évoqué dans un des articles du New York Times, comme faisant partie du business qui s’organise autour des « smartphone holdouts ».

Mon John’s Phone (Nolwenn Le Blevennec/Rue89)

Le John’s Phone est un portable design, qui se félicite d’être « le plus simple du monde ». Il ne permet que de téléphoner, son répertoire intégré au dos est un carnet en papier. Son côté mignon et détox a plu aux branchés, il a été vendu plusieurs mois en exclusivité chez Colette, ce qui semble confirmer la piste du snobisme de toute cette démarche.

L’entreprise néerlandaise de design qui l’a conçu a fermé depuis. Cyril, qui s’occupait de la commercialisation en France, a été surpris (« Ça marchait bien »). Il lui en reste quelques « samples ». Ce week-end, il nous en a vendu un au pied d’un métro parisien. Pas eu le temps encore de le tester, j’attends ma nouvelle carte sim. Mais la vie sans SMS risque d’être compliquée, c’est peut-être pour ça que la mode n’a pas pris.

Cyril utilise son John’s Phone comme un deuxième téléphone pour les soirées ou les week-ends, il n’a pas peur de se le faire voler et il lui permet de déconnecter des trucs de boulot.

Dimanche soir. La mère de mon mec (74 ans) a eu un fou rire en apprenant que j’avais acheté un téléphone qui ne faisait que téléphoner. Cela lui a rappelé « les balais mécaniques », ancêtres de l’aspirateur, qui reviennent à la mode alors que « ça a 100 ans ». Je ne l’avais jamais vue rire comme ça.
Doubler le nombre d’appareils

Du côté des constructeurs, l’idée de fabriquer des téléphones pour ceux qui saturent n’est pas encore tout à fait envisagée. Chez Nokia France, Thierry Amarger, le directeur général, nous dit qu’évidemment, la priorité est aux smartphones et à « l’accélération de leur taux de pénétration » (là, se sentir comme un gros vagin numérique). Ce taux est de 54% en 2013.

Mais la marque a conscience qu’un segment résiste aux smartphones et y résistera toujours. Thierry Amarger dit ne pas les oublier. Il pense aussi que le phénomène du deuxième téléphone plus simple et gentil va se développer. Chez Nokia, ils le nomment le « téléphone compagnon » (pour aller courir ou partir en vacances). Pour le moment, la meilleure solution pour stopper l’aliénation, c’est donc de doubler le nombre d’appareils...

Appel aux industriels : fabriquez un téléphone d’intelligence moyenne qui permet d’appeler et d’envoyer des SMS de façon très fluide, c’est tout.


--------------------------------------------------------------------------------------


Quelle est la meilleure manière d’y arriver

(Du Morvan) En apprenant que la maison d’hôtes où j’avais réservé mes vacances dans le Morvan avait une connexion internet laborieuse, j’ai d’abord failli annuler. « On a un modem, mais il faut dix minutes pour télécharger une photo, on est quasiment en zone blanche », me dit l’apiculteur à qui je loue une chambre. Tentons.

Quatre jours sans Twitter, je risquais de perdre le fil. Debout sur le lit, bras en l’air, nous parvenions à télécharger nos e-mails, parfois à y répondre. Mais il faut bien l’avouer, ce sevrage imposé avait quelque chose de rageant.

A l’espace numérique municipal de la ville la plus proche, pour un euro de l’heure, nous voilà parmi les retraités remplissant leurs déclarations d’impôts en ligne. Quelques minutes volées aux vacances, histoire de régler les urgences « vitales ».

Si la situation avait quelque chose de ridicule, c’est parce que nous ne nous y étions pas préparés. Subie, la déconnexion est d’autant plus pénible que la recherche de la petite barrette en haut à droite de l’écran vire à l’obsession.
Comme au temps de la cabine téléphonique

Une fois qu’on en a pris son parti, tout devient différent. Colette se rappelle ses vacances dans les Vosges : coincée dans une vallée enclavée, avec son bébé et sa maman, elle devait grimper sur la crête pour donner des nouvelles à son mari. Comme au temps de la cabine téléphonique.

Cabine téléphonique à Vézelay dans le Morvan (Sophie Caillat/Rue89)

« J’ai lu “Le Grand Meaulnes”, j’ai réappris à jouer au Scrabble sans dictionnaire. On a dû trouver un consensus sur l’orthographe du won, la monnaie coréenne. Pas évident. »

Anne Duhautbout, coach en développement personnel et professionnel, prévient ses stagiaires :

« Le jour où vous donnez le biberon à votre bébé tout en pianotant sur votre téléphone, c’est STOP. »

Elle constate une addiction à l’outil qui obéit aux mêmes mécanismes que la cigarette. Et suggère de profiter des vacances pour « prendre conscience des besoins non comblés et les combler d’une autre manière, revisiter ce qui nous comble vraiment, quitter le leurre de l’écran ».

La coach met en garde contre des cures de désintoxication trop violentes :

« Si vous êtes trop esclave, vous pouvez vous sentir mal au début. Mieux vaut réserver des plages horaires pour la connexion. L’essentiel est de remettre l’outil à sa place, à notre service. »

« Comme arrêter de fumer »

Lauren, journaliste web, s’est reconnue dans le portrait de l’accro dépeint par Anne Duhautbout. Et elle s’est lancé un défi : ne pas allumer son portable pendant une semaine ;
sur une île grecque, avec son compagnon et son bébé, le cadre idoine a priori. Sauf que les trois premiers jours ont été un enfer :

« J’avais une sensation de vide terrible, comme s’il me manquait quelque chose dans la main. C’est comme d’arrêter de fumer en sachant que tu as un paquet et un briquet dans ton sac. Tu te dis : je pourrais l’allumer pour voir, allez, juste cinq minutes.

Ne pas savoir si j’étais mentionnée sur Twitter, ne pas voir si j’avais des cœurs sur Instagram, risquer de louper une info capitale... C’était très dur. Et finalement, je me suis rendu compte que la Terre tournait sans moi. Mon fils était très content, et mon mec, ça lui a fait de vraies vacances. »

Finalement, Lauren a eu plus d’idées que jamais, a lu cinq livres en une semaine et va essayer d’en faire une vraie doctrine de vacances. Surtout, le bénéfice de ce sevrage perdure au retour à Paris : elle coupe son smartphone le soir et le week-end, circonscrit la gestion de sa boîte e-mail à une heure par jour, et étanchéifie un peu mieux sa vie privée et sa vie professionnelle.

« Ma mère a ma ligne fixe, mon mec est avec moi, je vois pas ce qui va arriver de fondamentalement grave », se rassure-t-elle.
Trouver la « slow connexion »

Couverture du livre

Le burn-out numérique, Thierry Crouzet l’a expérimenté. Ce blogueur, gourou des réseaux sociaux, a disparu du Net pendant six mois en 2011... avant de revenir. Pas le même homme. Il en a fait un livre « J’ai débranché » (Fayard) et nous raconte (une fois qu’il a retrouvé son téléphone) :

« Avant, j’avais l’espoir qu’Internet nous aiderait à changer le monde, mais je me suis rendu compte que les réseaux sociaux, c’est comme la télé en pire. Ça nous rend stupides et nous fait perdre du temps. »

Quand il me dit « j’ai été heureux pendant cette période », je lui fais remarquer que ses photos laissent à penser qu’il plane un peu ;
il concède : « C’est important de planer. »

Retourné à ses bases, dans le Midi, il a enfin trouvé la « slow connexion », celle qui lui permet de « rester connecter sans se laisser bouffer » :

« J’utilise l’e-mail de façon modérée, plus d’alerte sur mon téléphone ;
la plupart du temps je ne l’ai pas avec moi. J’aimerais trouver l’équivalent de la campagne de l’Internet. Pas facile... »

Des « petits shabbats » pour être ensemble


Sans se retirer aussi loin que Thierry Crouzet, on peut opter pour des mini-retraites, au couvent, par exemple. La cohabitation avec les moines vous retirera d’emblée l’envie de garder votre mobile allumé. Même en mode vibreur, impossible d’accéder au silence sans vraiment appuyer sur OFF.

Chacun peut aussi se fabriquer « ses petits shabbats », comme le conseille le rabbin Gabriel Farhi. Les goys aussi ont le droit de s’offrir 24 heures de ressourcement par semaine. Un effort, même pour les rabbins. Gabriel Farhi a avoué à Nolwenn Le Blevennec que les dernières heures du shabbat sont difficiles : « On a quasiment le doigt sur le bouton de l’ordinateur ».

Les resorts de luxe ont eux aussi compris qu’il y avait un marché de la « détox numérique », et proposent aux couples et aux familles de se donner les moyens de vraiment passer leurs vacances ensemble, en laissant leurs appareils à la porte.


Dernière édition par le Sam 1 Juin 2013 - 4:04, édité 2 fois

_________________

La langue du sage est dans son coeur ; le coeur du sot est dans sa bouche (l'Ecclésiastique).
                                            Ghis Gabe sur Facebook
" Quand 2 chemins s'ouvrent a toi, choisis toujours le plus difficile, celui qui exigera le meilleur de toi même."
                                       Citation tirée du film Himalaya
avatar
gabé
notre marseillaise à nous

Messages : 14906
Date d'inscription : 07/01/2007
Age : 64
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par gabé le Sam 1 Juin 2013 - 3:53

hier soir avec Risiol dans le PUB il y avait deux garcons qui etaient tournés dos à dos et qui consultaient leur smartphones

je lis cela ce matin !

quel changement de monde !!!!

résistons ! :drole parlons de vive voix avec NOS ami(e)s

_________________

La langue du sage est dans son coeur ; le coeur du sot est dans sa bouche (l'Ecclésiastique).
                                            Ghis Gabe sur Facebook
" Quand 2 chemins s'ouvrent a toi, choisis toujours le plus difficile, celui qui exigera le meilleur de toi même."
                                       Citation tirée du film Himalaya
avatar
gabé
notre marseillaise à nous

Messages : 14906
Date d'inscription : 07/01/2007
Age : 64
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par danouche le Sam 1 Juin 2013 - 5:00

moi j'ai un smarphone mais très peu d'appliation je ne sais même pas chercher M&
M
avatar
danouche
carbone 14

Messages : 9831
Date d'inscription : 01/06/2010
Age : 71
Localisation : 49800 trelaze

http://daniellenanou@neuf.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par Mamou le Sam 1 Juin 2013 - 7:46

je désmartisse bientôt aussi, j'aime pas le son des vraie conversation sur les trop smartphone.... alors pour le prochain je veux mettre l'accent sur la réception plutot que les applications, le seul truc que je trouve bien c'est le texto pour avoir les passage du bus.

pour le reste je préfère être bien assisse et avoir le temps, et surtout un peu grand écran.... sourire

_________________
Elle est pas belle la vie?  cils
avatar
Mamou
méduse

Messages : 9399
Date d'inscription : 06/01/2007
Age : 55
Localisation : Québec

http://objectifplanete.blogspot.com/?spref=tw

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par Lenaig le Sam 1 Juin 2013 - 13:51

Excellent article ! Je résiste au smartphone, même si parfois je trouverais ça pratique. J'arrive à survivre sans ! :cil

Mais vrai, je ne supporte pas d'être en groupe au restau et que les gens lisent leurs mails, pire, mettent à jour leur facebook avec des photos des plats qu'on mange !
avatar
Lenaig
carbone 14

Messages : 9606
Date d'inscription : 15/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par soaz le Sam 1 Juin 2013 - 15:19

pas de smartphone, un gsm basique, pour téléphoner et envoyer quelques sms nécessaires pour se retrouver dans la foule, par exemple...

soaz
carbone 14

Messages : 21554
Date d'inscription : 07/01/2007
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par Cecile le Dim 2 Juin 2013 - 3:24

un smarphone , oui , mais une copie !un hybride que Mr SFr vends moins cher .
Je l'utilise qu'au quart de ses capacités , c'est A qui me le prend quand son forfait est consommé .

_________________
.








.
avatar
Cecile
carbone 14

Messages : 8312
Date d'inscription : 07/01/2007
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par gabé le Dim 2 Juin 2013 - 6:39

Comme vous j ai aimé cet article un peu long a lire je l avoue ....un téléphone ça sert à téléphoner

_________________

La langue du sage est dans son coeur ; le coeur du sot est dans sa bouche (l'Ecclésiastique).
                                            Ghis Gabe sur Facebook
" Quand 2 chemins s'ouvrent a toi, choisis toujours le plus difficile, celui qui exigera le meilleur de toi même."
                                       Citation tirée du film Himalaya
avatar
gabé
notre marseillaise à nous

Messages : 14906
Date d'inscription : 07/01/2007
Age : 64
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par buffy le Dim 2 Juin 2013 - 13:43

ben moi je suis accroc de chez accroc !! je ne pourrais plus me passer de mon iPhone et de ses applications... j'adore ça et j'assume !!! en plus je le trouve très beau mon téléphone....

buffy
carbone 14

Messages : 2427
Date d'inscription : 14/01/2007
Localisation : provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par zazoue le Dim 2 Juin 2013 - 16:28

Je ne fais pas les choses parce que les autres le font.

J'ai maintenant un smartphone (mon cadeau de fête). Il a des utilités, entre autre avoir des nouvelles de ma gang même s'ils n'ont pas le temps de venir se rapporter. J'aime bien la fonction GPS aussi. Je ne me sent aucunement coupable.
avatar
zazoue
carbone 14

Messages : 6953
Date d'inscription : 15/01/2007
Age : 55
Localisation : St-Luc PQ

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par bossa le Dim 2 Juin 2013 - 16:41

Je trouve que le smartphone est bien pratique aussi
C'est vrai que depuis que je l'ai je peux lire mes mails
Avant il fallait que j'attende que l'ordi de ma fille soit dispo , puis le temps de l'allumer, bref je ne lisais pratiquement jamais mes mails.
Et toutes ces applications notamment le gps je trouve ça très pratique
Bien sur c'est comme tout il faut savoir ne pas devenir esclave.
avatar
bossa

Messages : 181
Date d'inscription : 16/03/2013
Localisation : alpes maritimes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par Lenaig le Dim 2 Juin 2013 - 16:44

En fait, mon vieux téléphone fonctionne, j'ai un tout petit forfait..Mais si j'ai l'occasion, je suis capable de craquer, car ça peut être pratique.
Mais ce sera comme mon téléphone actuel, je le couperai très souvent.

(Même mon fixe, j'oublie que j'ai un répondeur et qu'on me laisse des messages...)
avatar
Lenaig
carbone 14

Messages : 9606
Date d'inscription : 15/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par Risiol le Jeu 20 Juin 2013 - 17:59

un vieux téléphone et je viens de m'apercevoir aujourd'hui que je pouvais faire un agenda avec :drole
la plupart du temps il est éteint alors ne me téléphoner pas :cil je m'en sers que si j'ai besoin de téléphoner. j'oublie que je peux recevoir de appels aussi :gene

_________________
Aujourd'hui je décide que je serai heureuse



A trop chercher le bonheur ailleurs, on fini par oublier celui que l'on a devant soi.

"Faire ce que tu aimes, c'est la liberté; aimer ce que tu fais, c'est le bonheur"
avatar
Risiol
carbone 14

Messages : 13650
Date d'inscription : 07/01/2007
Age : 69
Localisation : Ville de Québec, au Québec...

http://risiol-quelque-part.blogspot.com/p/depart.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par Lenaig le Jeu 20 Juin 2013 - 18:28

@Risiol a écrit:un vieux téléphone et je viens de m'apercevoir aujourd'hui que je pouvais faire un agenda avec :drole
la plupart du temps il est éteint alors ne me téléphoner pas :cil je m'en sers que si j'ai besoin de téléphoner. j'oublie que je peux recevoir de appels aussi :gene

Même si mon téléphone est vieux, je me sers du réveil tous les jours (bon, un peu violent), et l'agenda bien pratique ! Et aussi, le rappel de tâche quand j'ai besoin de me rappeler de faire une course... Ca me fait remédier à ma mémoire de poisson rouge... siffle
avatar
Lenaig
carbone 14

Messages : 9606
Date d'inscription : 15/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par gabé le Ven 21 Juin 2013 - 1:03

moi aussi je m'en sers comme rappel de tâche et çà marche bien

_________________

La langue du sage est dans son coeur ; le coeur du sot est dans sa bouche (l'Ecclésiastique).
                                            Ghis Gabe sur Facebook
" Quand 2 chemins s'ouvrent a toi, choisis toujours le plus difficile, celui qui exigera le meilleur de toi même."
                                       Citation tirée du film Himalaya
avatar
gabé
notre marseillaise à nous

Messages : 14906
Date d'inscription : 07/01/2007
Age : 64
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par danouche le Ven 21 Juin 2013 - 6:20

moi c'est l'agenda que je trouve pratique puis les SMS les petits enfants adorent
avatar
danouche
carbone 14

Messages : 9831
Date d'inscription : 01/06/2010
Age : 71
Localisation : 49800 trelaze

http://daniellenanou@neuf.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par spinou le Ven 21 Juin 2013 - 6:37

suis très sms, ça permet d'envoyer des messages et de laisser libre du moment pour les lire à la personne contactée
et pour l'agenda aussi, mais je viens de changer de portable et suis une "
courge"
!j'apprendrai au fil du temps
avatar
spinou
carbone 14

Messages : 4230
Date d'inscription : 17/01/2007
Age : 55
Localisation : brest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par Risiol le Lun 28 Nov 2016 - 11:54

c'était il y a 3 1/2 ans....
intéressant à relire.

vous avez changé vos habitudes je parie mdr

_________________
Aujourd'hui je décide que je serai heureuse



A trop chercher le bonheur ailleurs, on fini par oublier celui que l'on a devant soi.

"Faire ce que tu aimes, c'est la liberté; aimer ce que tu fais, c'est le bonheur"
avatar
Risiol
carbone 14

Messages : 13650
Date d'inscription : 07/01/2007
Age : 69
Localisation : Ville de Québec, au Québec...

http://risiol-quelque-part.blogspot.com/p/depart.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par gabé le Lun 28 Nov 2016 - 12:20

oh oui çà fait plaisir 
un téléphone : çà sert à téléphoner

_________________

La langue du sage est dans son coeur ; le coeur du sot est dans sa bouche (l'Ecclésiastique).
                                            Ghis Gabe sur Facebook
" Quand 2 chemins s'ouvrent a toi, choisis toujours le plus difficile, celui qui exigera le meilleur de toi même."
                                       Citation tirée du film Himalaya
avatar
gabé
notre marseillaise à nous

Messages : 14906
Date d'inscription : 07/01/2007
Age : 64
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par danouche le Lun 28 Nov 2016 - 12:36

Moi j'ai un peu plus d'application et je trouve pratique whatsapp on a fait un groupe avec les enfans et petits enfants et presque chaque jour il y en a un ou une qui publie et aussitôt tout le monde y va de son commentaire on a l'impression d'être près les uns des autres délires ou sérieux c'est chouette
avatar
danouche
carbone 14

Messages : 9831
Date d'inscription : 01/06/2010
Age : 71
Localisation : 49800 trelaze

http://daniellenanou@neuf.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par Cecile le Lun 28 Nov 2016 - 14:58

Il sert pour WhatsApp et peu pour telephoner .

_________________
.








.
avatar
Cecile
carbone 14

Messages : 8312
Date d'inscription : 07/01/2007
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par danouche le Lun 28 Nov 2016 - 15:12

Non le téléphone fonctionne et au moins 1à 2 fois par semaine avec mes enfants les petits enfants ce sont des SMS et avec ma soeur 1 à 2 fois aussi la semaine
avatar
danouche
carbone 14

Messages : 9831
Date d'inscription : 01/06/2010
Age : 71
Localisation : 49800 trelaze

http://daniellenanou@neuf.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par soaz le Lun 28 Nov 2016 - 16:37

Je me sers toujours aussi peu de mon (même) vieux téléphone.  Il me sert surtout à envoyer des sms.

_________________
" />" />Fêlure
Jusqu'au coeur de l'amande
Frangipane que nos vies


Quand on n'a pas le nécessaire, on ne peut pas se passer du superflu (Catherine Enjolet)


soaz
carbone 14

Messages : 21554
Date d'inscription : 07/01/2007
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Snobisme ou salut ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum